Des Tops sites ont été mis en place =) Venez voter pour WPT !!
Rappel : Lorsque un RP est terminé, vous devez nous le signaler ici
Nous avons 13 filles pour 11 garçons. Rééquilibrons !

Partagez|

Et si je me livrais un peu plus à vous...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

• Date d'inscription: : 27/12/2011



MessageSujet: Et si je me livrais un peu plus à vous... Sam 10 Mar - 2:35

Hello !!

Comment vous allez mes chéries ? J'espère que vous allez bien. Alors, voilà. Depuis quelques temps, j'y réfléchissais. Comme certaines ont pût le lire dans ma présentation IRL, écrire est une passion qui fait partie de moi. C'est ce qui m'aide à avancer chaque jour et j'ai décidé d'en faire mon métier. Sauf que voilà, il n'y a pas réelle formation, ni même de réels espoirs pour qu'un jour, je puisse vivre de ma plume (j'aime bien cette expression, vivre de sa plume.). Mais, j'ai des amis qui me poussent toujours à y croire. Ils adorent ma façon d'écrire, et d'après eux, lorsque j'écris, j'arrive à toucher les coeurs. J'arrive transmettre des émotions à ceux qui lisent, tout ça parce que j'y mets toute mon âme... C'est pas faux, j'écris avec mon coeur... Alors voilà, on m'a donné beaucoup d'idées pour essayer de réussir à réaliser mon rêve. L'une de ces idées est de montrer mon talent partout où je le peux.
Peut-être que certaines d'entre vous connaissent le principe des chroniques sur Facebook : c'est simple, une personne décide créer une page qui racontera une histoire. Quotidiennement, ou plutôt dès qu'elle peut, cette personne publie la suite des événements. Un peu comme une série quoi. Vous lisez épisode après épisode. Pour certaines de ces chroniques, ce sont des jeunes filles qui décident de raconter une partie de leur vie qu'elles ont jugé très importante. Pour d'autres, ce sont des gamines qui s'ennuient et racontent de la grosse BIP. Je ne suis pas contre le fictif, loin de là, seulement, c'est mal raconté et leurs fautes d'orthographe me donnent mal à la tête. En plus jë deytëste l'aycriitûre KIKOOLOL. Enfin bref ! J'ai donc créer ma propre chronique. La mienne est entièrement fictive. AND GUESS WHAT ? J'ai choisi de vous faire partager ma chronique !!
Je sais, je suis un amour.
Je vous explique donc comment je vais faire histoire que chacune puisse lire l'histoire : je publierais des parties et en dessous de ce post ci, vous pourrez voir si j'ai posté une nouvelle partie et il y aura le lien qui vous renverra à la partie.
Bien sûr, j'accepte TOUTES vos critiques, bonnes comme mauvaises, tant que ce ne sont pas des insultes ou autres, mais j'ai confiance en vous, je sais bien que je ne recevrais pas de commentaires de ce genre.
Et j'hésite sur une petite chose, sur Facebook, je publie les suites avec des images pour les illustrer. Parfois, ce sont seulement des images qui ressemblent aux personnages ou l'endroit où l'action se déroule. C'est juste pour illustrer. A votre avis, devrais-je le faire ici aussi ?
Et pour celles qui voudraient avoir les liens de ma chronique sur Facebook ou du Blog (oui, oui, j'ai crée un blog :) ) n'hésitez pas à me demander, je vous enverrai le lien en MP :)

Sur ce, BONNE LECTURE


Whitney.

Pas besoin de préciser que je ne veux pas qu'on me vole mes idées hein, là aussi je vous fais confiance à vous toutes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Date d'inscription: : 27/12/2011



MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Sam 10 Mar - 2:36

PARTIES EN LIGNE :



Dernière édition par Keringhton P. Sullivan le Sam 10 Mar - 2:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Date d'inscription: : 27/12/2011



MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Sam 10 Mar - 2:39

Présentation rapide :

Kendra Jones est une jeune femme perturbée. Depuis la mort de son mari et de son frère, assassinés lors d'une prise d'otage dans une banque, rien ne va plus. Kendra erre dans les rues de New-York. Elle recherche les meurtriers dans l'espoir de se venger et de pouvoir enfin faire son deuil. Lorsqu'elle n'est pas dehors, Kendra est chez elle, se soule et pleure durant des heures. Sa souffrance est telle qu'elle n'a plus la force de bouger.
Un soir, un voisin, inquiet, vint frapper à sa porte. Kendra, les yeux gonflés par les larmes et l'alcool, la fit entrer. Voyant son désespoir, Trent, le voisin, lui demanda ce qui se passait. Comme on dit, l'alcool délie les langues. Kendra lui conta tous ses malheurs. Trent, n'écoutant que son cœur, lui proposa son aide en l'emmenant le lendemain dans un groupe de prière qu'il avait intégré. Trent pensait que seule la spiritualité pouvait la mener vers la sortie de ce monde terrifiant dans lequel elle s'était plongée. Après quelques hésitations, Kendra accepta.
Huit mois passèrent. Kendra fréquentait régulièrement le groupe de prière que Trent lui avait recommandé. Ce groupe l'avait beaucoup aidé. En effet, Kendra avait arrêté de boire et avait retrouvé un emploi. Elle avait même cessé de rechercher les assassins de son mari et de son frère. Et pourtant, Kendra continuait de les haïr. Chaque nuit, elle rêvait d'hommes masqués qu'elle tuait sauvagement. Et il faut l'avouer, elle y prenait du plaisir. Elle voulait les torturer, les entendre hurler à la mort, la supplier. Mais à son réveil, Kendra prenait peur. Et si elle devenait folle ?
Un jour, à la fin d'une séance de prière, Kendra alla raconter ses rêves au chef du groupe. A son grand étonnement, il lui fit un sourire et l'emmena dans la cave. C'était une immense pièce au plafond bas. Des torches éclairaient la cave, dont les murs étaient couverts de symboles et de glyphes. Le chef de groupe lui expliqua qu'elle devait prier avec plus de ferveur. Afin de se purifier de ses rêves malsains, elle devait se couper la paume des mains et prier à genoux au milieu de la cave. Kendra était effrayée mais ses rêves morbides et le chef de groupe avaient beaucoup trop d'emprise sur elle. Kendra accepta. Elle dut se vêtir d'une robe noire. A contre cœur, elle se coupa les paumes des mains et s'agenouilla au centre de la cave. Lorsqu'elle ferma les yeux, un vent glacial fit voler ses cheveux et éteignit toutes les torches. Kendra ouvrit les yeux. Elle voulut se lever mais n'y parvint pas. Soudain une lumière bleutée éclaira la cave. La lumière se rapprocha d'elle. Le chef de groupe laissa éclater un rire mauvais. Kendra hurla. La lumière entra alors dans sa bouche, l’inondant d'une sensation glaciale. Kendra était morte. A sa place, une femme d'une cruauté sans limite vivait en elle. Kendra avait libéré des créatures mythologiques et deux entités aux pouvoirs immenses. L'une d'elle vivait dans son corps, l'autre se cachait afin de trouver une jeune femme qui serait son hôte pour détruire sa jumelle et rétablir l'équilibre bouleversé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Date d'inscription: : 27/12/2011



MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Sam 10 Mar - 2:40

Partie 1 : They Were Heroes...

Il est 20 heures à New-York. Le JT des informations lance son jingle puis une jolie et jeune présentatrice fait son apparition sur les écrans de télévision. Elle affiche un sourire éclatant à l'annonce de son prénom et de son nom. Puis elle commence à débiter son texte :

"Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, bonsoir et bienvenue au journal télévisé de 20 heures. Il est 20h15, voici les titres. Un braquage a eu lieu dans une banque de Manhattan, dans New-York. Les hommes, armés, ont tué deux hommes et ont blessé quelques personnes. Nous vous parlions hier d'une petite fille de cinq ans, Roxane Cole, a été retrouvé saine et sauve dans une voiture abandonnée sur le parking d'un centre commerciale. Son kidnappeur est activement recherché.

Comme je vous le disais dans les titres, un braquage à Manhattan, dans la banque de Chase Manhattan. Les braqueurs ont essayé de volé plus de 20 millions de dollars mais ils auraient été gênés par deux hommes : Jim Pierce, un banquier et Dean Jones, son client et beau-frère. Ils tentaient d'empêcher les braqueurs de molester les otages. Les braqueurs ont été arrêtés. Ils sont en ce moment même dans la prison de Rikers Island en attendant d'être jugés. Nos pensées vont aux familles des deux victimes à qui nous souhaitons de sincères condoléances." (...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Date d'inscription: : 27/12/2011



MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Sam 10 Mar - 2:42

Partie 2 : I'm crazy, I can't stop crying

Kendra Jones regardait la vidéo de son mariage avec Dean. C'était le plus beau jour de sa vie. Son frère, Jim, avait été le témoin avec leur père. Tous trois étaient rayonnants de bonheur. Dean et Jim avaient perdu la vie, Kendra avait perdu son sourire.
Une boîte de mouchoir devant elle, un verre de whisky dans la main, Kendra pleurait à s'en déshydrater. Et comme à chaque fois, elle arrêta la vidéo au moment du baiser. C'était trop dur à revoir...
La vie de Kendra était devenue monotone et vide de sens. La matin, elle se levait et allait regarder la vidéo de son mariage. Après le baiser, elle arrêtait la vidéo, vidait d'un trait son verre et allait traîner dans les rues de New-York. Elle ne rentrait chez elle que lorsque la nuit tombait.
Donc ce matin, comme toujours, elle mit le pull-over de son frère, puis la veste en cuir de son mari et elle sortit. Elle tituba dans les escaliers et sortit de l'immeuble. Le vent fouetta son visage. Ça ne la réveille pas. Juste, les larmes lui montèrent aux yeux. Elle allait devoir recommencer sa quête, recommencer à traquer ceux qui avaient tué Dean et Jim. Pourtant, cela faisait cinq ans que les criminels purgeaient leurs peines, mais le cerveau de Kendra ne l'avait pas accepté. Kendra croyait que les criminels jouissaient d'une liberté totale. Alors parfois, elle agressait verbalement des passagers, pensant avoir en face d'elle les meurtriers.
Après quelques heures de vaines recherches, Kendra rentra chez elle. Pourquoi n'arrivait elle pas à les retrouver. Comme toujours, elle se laissa tomber sur le canapé. Elle se servit un nouveau verre de whisky, lorsqu'on sonna à la porte. Étrange, elle n'avait plus aucun contact depuis la tragédie. Avec difficulté, elle le va et alla ouvrir. Un homme brun d'une quarantaine d'années se tenait devant elle :
- Bonjour, excusez-moi de vous déranger, je voulais vous demander si je pouvais vous emprunter votre perceuse. Je viens d'emménager, je m'appelle Trent.

Il lui tendit la main que Kendra serra. Puis d'une voix pâteuse, elle lui répondit :

- Kendra. Entrez, je vais chercher... la... la... la perceuse, ouais, c'est ça la perceuse.

Elle se retourna, et alla au débarras en marmonnant. Elle laissa donc Trent, seul, au salon. L'odeur de l'alcool et du tabac froid le frappèrent de plein fouet. En arrivant dans l'immeuble, la concierge, en bonne commère, l'avait averti qu'il aurait pour voisine une alcoolique un peu étrange. Trent regarda le salon. Il était psychologue dans un hôpital new-yorkais. Il voyait des cas plus grave encore que celui de Kendra. En observant Kendra et son lieu de vie, il constata qu'elle avait subi un traumatisme assez grave pour la faire délirer. Trent était comme un bon samaritain, aidant son prochain coûte que coûte. Et aujourd'hui, son prochain était Kendra. Cette dernière revint, traînant des pieds. Elle lui tendit une mallette poussiéreuse contenant une perceuse et ses outils. Trent la prit puis regarda Kendra. Elle devait être belle avant cette sombre époque. Elle avait de beaux yeux bleus océan. Pourtant, une ombre tristesse voilait ses yeux. Des boucles blondes s'échappaient de son chignon.

- Merci, lui dit Trent. Je sais que ça ne me regarde pas mais... est-ce que tout va bien ?
- Qu'est qui vous fait croire que je ne vais que.... je ne vais pas bien ? Demanda-t-elle d'une voix qui se voulait méprisante.
- Les femmes qui boivent et fument autant que vous, sont souvent sujettes à des problèmes qu'elles essayent d'évacuer d'une manière ou d'une autre. Vous vous laissez aller et vous ne semblez pas avoir une vie sociale.

Trent n'avait pas mentit. Il avait été très franc pour qu'elle réagisse. Ce qui ne tarda pas. Kendra le regarda, les larmes aux yeux, les lèvres tremblotantes. Puis, elle se laissa tomber en pleurant. Trent s'assit par terre, à ses côtés. Il la serra dans ses bras, alors qu'ils ne se connaissaient pas. Elle avait avoir confiance en lui pour se confier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Date d'inscription: : 27/12/2011



MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Sam 10 Mar - 2:42

Partie 3 : I found a true friend

Kendra était allongée sur son canapé. Elle regardait une de ces séries policières qu'elle raffolait. Petit à petit, elle reprenait goût à la vie. Elle ne fondait plus en larmes devant sa télé ou dans la rue, devant les couples. Elle avait même cessé de boire et essayait d'arrêter de fumer. Kendra cherchait également du travail.
Depuis la visite de Trent, son voisin, Kendra avait pris conscience qu'il fallait qu'elle se relève. Pour son mari et son frère qui n'auraient jamais accepté qu'elle se morfonde ainsi. Un mardi soir, elle se laissa convaincre par Trent. Elle l'accompagna au Temple. Au début, Kendra s'était montrée très méfiante. Elle avait entendu parler de ces sectes qui lobotomisaient et dépouillaient ses membres au profit d'un gourou avide de pouvoir et de richesse. Elle n'avait pas envie de faire partie d'une statistique de sociologue qui se demandait combien de victimes les gourous avaient réussi à embobiner. Mais une fois que la séance commença, Kendra se sentie comme chez elle. C'était très étrange. Elle avait écouté les paroles du prêtre comme si sa vie en dépendait. Comme si la voix du prêtre était une douce mélodie, Kendra avait fixé toute son attention sur lui. Il faut dire qu'il était immanquable. Le prêtre était un homme de grande carrure, des épaules carrées et larges. Il était chauve avec de petits yeux gris. Sa voix était grave, posée. Il parlait toujours de manière calme, avec un sourire rassurant. Contrairement à d'autres hommes religieux, il refusait qu'on lui donne un titre honorifique. « Comme tout le monde, j'ai un prénom qui est Joseph et c'est comme ça que vous m'appellerez. » Disait-il avec un sourire chaleureux. Il avait beaucoup de charisme et il arrivait toujours à mettre à l'aise chacun des membres. Kendra n'avait pas été mise à part, au contraire ! Joseph lui avait demandé de se présenter aux autres et surtout de leur expliquer ce qui l'avait poussé à venir les rejoindre. Réticente, elle n'aimait pas parler de son passé douloureux, Kendra s'exécuta néanmoins. Dans les yeux de chacun, Kendra y lisait la compassion. Une chose qu'elle détestait, inspirer la pitié, donner l'impression d'être une petite chose fragile accablée par le malheur. Pourtant, cette compassion était différente. Comme si Kendra et les fidèles partageaient une peine. Mais Joseph lui avait alors expliqué que tous les fidèles avaient perdu quelqu'un de cher, parfois de manière horrible. Mais, ils ne devaient pas perdre espoir de les revoir un jour ! Il fallait que chacun soit là pour les autres. C'est tous ensemble qu'ils surmonteraient cette douleur. Ils rendaient un culte à une déesse, Lilith. Déesse de la Famille et de l'Amour, elle pouvait leur rendre ces personnes parties trop tôt. Mais il fallait que les fidèles s'en montrent dignes.
C'était cette idée que Kendra gardait en tête, c'est ce qui la faisait tenir. S'il existait un infime espoir qu'elle retrouve Jim et Dean, elle devait absolument tenter le coup. A présent, elle n'avait plus rien à perdre.
Kendra quitta son canapé, direction la cuisine. Elle sentait que son ventre commençait à gargouiller. Elle ouvrit son frigo. Rien ne la tentait. Elle ouvrit un placard, prit un paquet de chips. Kendra avait toujours l'habitude de grignoter. Elle prit son téléphone pour commander une pizza. Même si elle savait qu'elle ne la finirait pas, il fallait bien qu'elle mange autre chose que des chips.
Après qu'elle eut passé son coup de fil, Kendra se dirigea vers son canapé dans l'intention de s'y laisser tomber, lorsqu'on sonna à la porte. Ce ne pouvait pas être le livreur, il n'était pas aussi rapide. Kendra posa son paquet de chips et alla ouvrir la porte.
« Trent ! s'exclama Kendra, tu vas bien ?
-Oui ça va ! Je m'inquiétais pour toi alors, je suis passé te voir, prendre de tes nouvelles... Je ne te dérange pas, j'espère ?
-Non, bien sûr entre ! »
Kendra s'écarta pour le laisser entrer. Elle referma la porte derrière lui.
« J'avais une petite faim, j'ai commandé une pizza. Je sais que je ne la finirais jamais... Tu restes la manger avec moi ?
-Oui pourquoi pas, lui répondit Trent, souriant. »

(...)

Il était près de minuit. Trent était toujours chez Kendra. Ils se confiaient l'un à l'autre. C'est ainsi que Trent raconta comment il avait perdu la seule femme qu'il avait aimé, sa mère. La mort de sa mère l'avait plongé dans une bulle, un autre monde. Il ne voyait plus l'intérêt d'avancer sans sa mère, qui était véritablement toute sa vie. Démoralisé, n'avait plus la volonté de se lever chaque matin. Et puis, il avait fini par se trouver un but à accomplir : honorer la mémoire de sa défunte mère. Il reprit donc ses études de psychologie. Il se consacra entièrement à ses études. Rien ne devait se mettre entre lui et ses études, si bien qu'il obtint son diplôme avec une excellente mention. Mais il ne s'arrêta pas là. Grâce à son sérieux, Trent fut engagé dans un hôpital réputé. Il fit des économies et rapidement, il ouvrit son propre cabinet de psychologue et se mit à son propre compte. Ce fut grâce à une de ses clientes qu'il découvrit le Temple de Lilith. Comme Kendra, Trent s'était senti à l'aise dès le premier jour.
« De quoi est morte ta mère ? Si ce n'est pas indiscret, bien sûr, s'empressa d'ajouter Kendra.
-Accident de voiture. Dit-il après un bref silence. Elle rentrait du travail et un... Chauffard complètement ivre l'a percuté... Elle n'a pas survécu... »
Trent avait cet air bouleversé que Kendra ne lui connaissait pas. Comprenant sa peine un être aimé se faire tuer, Kendra s'approcha de lui, lui prit la main et le ramena contre elle. Soudain, Kendra se sentit moins seule. Elle comprenait pourquoi Trent était si engagé au Temple. Revoir sa mère devait être son seul but, la raison unique qui le maintenant encore en vie. Exactement comme elle...
Ils restèrent un moment comme ça, cherchant du réconfort dans leur étreinte. Ils ne parlaient plus, les mots auraient étaient été de trop, comme déplacés. Seules leurs larmes avaient leur place. Les souvenirs des moments passés avec ces êtres disparus s'imposaient à leurs esprits. Chaque parole, chaque rire, chaque regard qu'ils revoyaient, étaient comme si leur cœur se déchirait. La souffrance restait bien présente, gravé en eux à jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Date d'inscription: : 27/12/2011



MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Sam 10 Mar - 2:43

Partie 4 : Her come back

Kendra rentra chez elle, épuisée mais satisfaite. Huit mois s'étaient écoulés depuis la visite de Trent. Kendra avait suivi les conseils de son voisin. Kendra se rendait donc chaque mardi au temple de Lilith. Elle s'y donnait corps et âme, participant à chaque événement, se dévouant dès que Joseph avait besoin d'aide au Temple. Lilith, la déesse, était là pour soulager les peines et les souffrances. Kendra se raccrochait aux idées que le prêtre leur évoquait chaque mardi. Ses idées étaient si belles, si douces. Des idées de morts protégeant les vivants qu'ils avaient laissés sur Terre. Elle l'aidait à ne pas sombrer dans sa folie initiale. Kendra avait trouvé un emploi de secrétaire dans une agence immobilière. Elle se reprenait en main, fini les tenues négligées et les cheveux broussailleux. Kendra coiffait ses longues boucles blondes et s'habillait à nouveau comme une femme. Elle n'essayait plus de traquer les meurtriers de Dean et Jim. Jour et nuit, pourtant, elle ne cessait de penser à eux. Elle leur consacrait chaque minute de sa vie. Savoir que leurs meurtriers étaient derrière les barreaux l'apaisait car dans sa folie, Kendra était persuadée que les meurtriers couraient toujours dans la nature. Mais elle avait retrouvé la raison... Ou presque.
Chaque nuit, Kendra faisait le même rêve. Elle revoyait les cadavres de son mari et de son frère, allongés à la morgue. Kendra pleurait, se lamentait, hurlant qu'on lui rende ceux qui lui était si chers. Soudain, elle voyait des hommes cagoulés, vêtus de tenues noires, suspendus par les pieds. Kendra riait puis se mettre à les torturer. Oui, Kendra rêvait de scènes de torture digne d'un film d'horreur. Mais ses rêves ne l'effrayaient pas. Non, ses rêves lui plaisaient. Elle aimait rêver de ces hommes qu'elle mutilait. Leurs cris de douleurs, leurs supplications la motivaient. Elle prenait goût à ce rôle qu'elle jouait. Pourtant, chaque matin, lorsqu'elle prenait conscience de ce plaisir nocturne, Kendra vomissait. Son plaisir sadique se transformait en dégoût dès qu'elle sortait de son sommeil. Il lui était tout simplement inconcevable de pouvoir prendre du plaisir grâce au malheur d'autrui.
Au début, Kendra pensait que ses rêves s'arrêteraient aussi soudainement qu'ils étaient apparus. Mais après deux semaines de rêves sanglants, ses rêves continuaient de la hanter chaque nuit, plus sanguinaires chaque fois. Et un mardi, Kendra décida d'en parler au prêtre.
Après le sermon du prêtre, Kendra attendit que tous les fidèles quittent le temple, la salle de prières. Une fois qu'elle fut seule avec le prêtre, elle s'approcha de lui. Elle s'inclina comme le voulait la tradition, puis, avec une voix respectueuse, elle lui dit :

« Joseph, je viens te demander ton aide.
- Parle, je t'écoute, lui répondit-il, de sa voix grave.»

Kendra se releva et regarda le prêtre. Il la dominait de toute sa taille. Son crâne chauve semblait luire aux lueurs des bougies. Ses yeux gris semblaient froids, loin de tous. Malgré son sourire, qui se voulait chaleureux, une aura glaciale paraissait flotter autour de lui. Kendra rassembla ses idées et dit :

« Tu connais la raison qui m'a conduite au temple : l'assassinat de mon mari et de mon frère. Lorsqu'on leur a volé leurs vies, j'ai perdu toute volonté de vivre. Mon esprit s'est refermé sur lui-même. Je m'étais alors fixé un but : retrouver ces meurtriers. Mon cerveau ne croyait pas à leur emprisonnement. C'était la chose qui me maintenait en vie. Jusqu'à la visite de Trent. Il m'a guidé vers le Temple, Lilith. Depuis, j'ai retrouvé la raison. Je ne traîne plus dans les quartiers afin de chercher les assassins de mon mari et de mon frère. J'ai arrêté et j'ai une situation stable.
- Mais tout semble aller pour le mieux, lui répondit Joseph. Pourquoi as-tu besoin de moi ?
- Je fais des rêves... sadiques. Je vois des hommes cagoulés suspendus... je les bats. Je... je... prends du plaisir à leurs souffrances... à leurs cris de douleurs. Je sais que c'est mal mais je me réjouis de leur malheur...»
Kendra semblait abattue. Ses joues rouges étaient le signe de sa honte. Comment pouvait-elle éprouver une joie sadique alors qu'elle se disait être pacifiste ? Elle pensa que Joseph allait lui expliquer à quel point ce plaisir était malsain et qu'elle devait s'en débarrasser. Un silence pesant s'installa entre Kendra et Joseph, pendant quelques minutes. Pourtant Kendra avait l'impression que ce silence avait duré des heures. Soudain, le visage du prêtre se fendit en un large sourire. Kendra en resta choquée. “Pourquoi sourit-il ? Je lui dis que je deviens folle, il sourit !” pensa Kendra. Avec ses yeux froids et sans vie, son sourire avait quelque chose d'inquiétant. Il fit signe à Kendra de le suivre. Il tourna les talons et l'emmena dans le couloir puis dans ce qui semblait être une crypte. Les murs, recouverts de glyphes et de symboles étranges, étaient en pierre brut. Des torches éclairaient la crypte. Joseph se tourna et parla enfin :
« Nous voici au Purgatoire, lui dit-il d'un ton étrangement enjoué. Les fidèles du Temple viennent ici pour se laver de leurs péchés. A présent, c'est à ton tour.
- Comment ?
- Porte ceci, lui dit-il en lui tendant une robe noire, en signe d'humilité. Puis ouvre-toi les paumes des mains avec ce poignard. Place-toi au centre du purgatoire et prie avec ferveur. Il lui tendit un poignard au manche d'or incrusté de pierres précieuses. Kendra avait pris la robe... mais le poignard était de trop. Elle était effrayée, terrifiée à l'idée de s'ouvrir les paumes. Mais elle voulait que ses rêves cessent enfin. Vomir tous les matins, en se rappelant comment le sang de ces hommes avait giclé la fit prendre son courage à deux mains. Et par la même occasion, le poignard. Une fois vêtue de la robe noire en dentelle, Kendra s'agenouilla au centre de la cave. Elle prit le poignard. Elle ferma les yeux en serrant les dents. Une sensation de brûlure s'installa dans ses paumes et se déversait lentement dans ses membres. La douleur lui fit monter les larmes aux yeux. Elle se retint d'hurler puis elle leva ses paumes. Elle ferma les yeux, ses larmes coulèrent. Elle fit le vide dans sa tête lorsqu'un vent glacial la fit frissonner. Elle ouvrit les yeux. Toutes les torches étaient éteintes. Kendra voulut se lever mais impossible, elle était clouée au sol. Son cœur battait à la chamade avec force. Soudain une lueur bleue apparue et éclaira la cave. Joseph se tenait à l'écart dans un coin, avec un air de détraqué. Il souriait de toutes ses dents. La lueur prit la forme d'une silhouette. Kendra tremblait pendant que le prêtre se mit à rire. Son rire était aussi froid que le vent qui soufflait. La silhouette se tenait devant Kendra, qui ne pût retenir un cri d'épouvante digne d'un film d'horreur. La silhouette plongea dans la bouche de Kendra. Une sensation glaciale l'envahit, comme si elle avait plongé dans de l'eau gelée. Elle se sentit mourir. Sa dernière pensée fut qu'elle allait enfin rejoindre Dean et Jim. Kendra semblait s'évaporer dans l'air. Petit à petit, une silhouette se matérialisa.
A la place de Kendra, se tenait une autre femme. Totalement différente. Elle était grande et très mince. Son visage était d'une pâleur cadavérique. Ses longs cheveux roux, bouclés, lui tombaient à la taille. Elle ouvrit ses yeux aux pupilles oranges. Elle huma l'air avec délectation. D'une voix étonnamment douce elle dit :

« Que c'est bon de revenir à la vie.»

Lilith était de retour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Date d'inscription: : 27/12/2011



MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Sam 10 Mar - 2:44

Partie 5 : Hi, it's me, Nikki !

Je montais dans le métro en espérant y trouver une place tranquille, sans que personne ne vienne se coller à moi. Ouais, je devenais très antisociale lorsque je prenais les transports en commun. Tous ces gens qui se serraient contre vous, avec leurs odeurs qui vous arrachent les poils du nez. Non, mais sérieusement, il fallait que je me décide à passer le permis, et le plus tôt serait le mieux. Kayden, mon grand frère avait déjà passé son permis et chaque matin, il ne cessait de me le rappeler. « Hey Nikki, c'est pas trop bien les métros ? Je pourrais bien t'emmener mais bon, je sais bien que tu adore prendre le métro ! » Oui, c'était bien lui de me rappeler à quel point j'avais horreur de me lever chaque matin pour aller prendre le risque de mourir asphyxiée dans les transports en commun. En plus, avec mon odorat d'elfe, les odeurs étaient encore plus fortes... Mais j'étais bien obligée de passer par là, je devais aller à la fac.
Super, il n'y avait quasi personne dans le métro. Je me dénichai une place au fond du wagon, côté fenêtre. Mon casque sur mes oreilles, je me plongeai dans mon monde musical. J'adorais la musique et la danse. Mes deux passions dominant ma vie. Sans elles, j'étais comme perdue, vide. Etrange de dire ça ? Pas tant que ça pour moi ! Mais chacun sa vision de la vie. J'étirai mes jambes fines devant moi, comme pour décourager tous ceux qui viendraient se mettre devant moi. Devant ou à côté, ils m'importunaient. Je suis mauvaise et je le sais. Je tournai la tête vers la vitre. Elle reflétait mon image. Voilà le moment où je dois me décrire ? Ok, je me lance alors. Je devais mesurer entre 1m70 et 1m75, mince voire élancée. J'ai la peau noire. Je suis brune aux cheveux courts. Souvent, j'ai une crête, oui, je sais. Pour beaucoup, c'est masculin et excentrique mais je n'aime pas ressembler aux autres. Surtout qu'en ce moment, je voyais souvent des filles avec de longs cheveux. Elles essayaient de ressembler aux nymphes... Ridicule, d'après moi. En même temps, j'étais une elfe, je n'allais pas essayer de ressembler aux nymphes ! Je laissais cette mode aux humaines. Enfin bref. J'avais un visage fin, ovale, de beaux yeux gris en amande, des oreilles pointues. Mes lèvres étaient pulpeuses. Voilà pour mon physique.
Donc, je regardais par la vitre du métro. J'aurais pu courir jusqu'à la fac... Mais bon, j'avais la flemme de bouger. Etre une elfe avait beaucoup d'avantages. Je maîtrisais les éléments de la nature, l'air, la terre, le feu, l'eau. J'étais bien plus rapide et robuste que les humains. Ma force était décuplée et mes sens étaient plus développés. Une femme enceinte montait dans le métro. Je me levai et lui proposai ma place. Souriant, elle accepta et s'assit. Hey ! Je ne suis pas si mauvaise. En plus, j'allais devoir bientôt descendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Date d'inscription: : 27/12/2011



MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Sam 10 Mar - 2:45

Partie 6 : So Strange...

J'arrivais enfin à l'université elfique, après avoir slalomé entre les passants trop lents, évité les crottes des cerbères (chiens à trois têtes, une crinière et une queue de serpent). Ils avaient beau moins monstrueux que leur ancêtre, les cerbères n'en restaient pas moins une menace avec leurs crottes énormes.
Comme les humains, nous les elfes allions aussi à la fac. Nous n'étudions pas forcément les mêmes matières, mais nous en avions besoin. J'étudiais les arts guerriers : les techniques de combats, l'art de combattre à l'épée. Je perfectionnais ma maîtrise des éléments. J'apprenais à produire de l'électricité. Je n'avais plus besoin des cours de tir à l'arc, il y avait longtemps que j'étais excellente dans ce domaine. J'étudiais les runes anciennes que mes ancêtres utilisaient. Mais n'allez pas croire que nous étions restés à l'art de la préhistoire elfique. J'étudiais l'informatique, l'histoire aussi bien humaine qu'elfique. L'âme guerrière, j'apprenais à manier les armes des humains : sabres, katanas, shurikens, fusils, pistolets etc. Aussi incroyable que cela puisse paraître, j'aimais apprendre de nouvelles techniques de combat. J'apprenais aussi les langues des humains, aussi étranges soient elles !
Aujourd'hui, j'avais un cours d'histoire et l'après-midi, j'avais un cours de maîtrise des pouvoirs. J'aimais beaucoup les cours de maîtrise et de combat mais les cours d'histoire... C'était assez... Barbant. Mais je devais bien passer par là. Je voulais un jour entrer dans la garde elfique. Contrairement aux humains, nous ne reconnaissions pas Lilith comme étant notre impératrice. Elerinna était et restait notre reine couronnée d'étoiles. Je voulais entrer dans sa garde pour un jour lutter contre Lilith, qui emprisonnait parfois les elfes qui osaient se rebeller.
J'entrais dans l'amphithéâtre, cherchant du regard ma meilleure amie, Katia. Je fis quelques signes de mains vers des amis et des connaissances. Finalement, j'aperçue Katia, du côté du mur.
Katia était une elfe à la peau mate et aux yeux verts. Elle avait de longs cheveux châtains clairs qu'elle nattait. Je me dirigeais vers elle. Je me sentis comme observée. J'étais entourée d'elfes mais je sentais comme une personne plus puissante... Une entité puissante qui m'observait. Je retournais brusquement, m'attendant à voir qui m'observait. Mais personne. Il y avait toujours les elfes étudiants mais aucune force supérieure à l'horizon.
« Nikki, je suis devant toi, tu sais ! » Me dit Katia en riant.
Je me tournai vers elle, en souriant. Je chassai alors cette impression de mon esprit pour me préoccuper de ce que je pouvais voir, à savoir, Katia et le cours...

(...)

« L'impératrice Lilith règne sur la Terre. Mais son règne n'est pas légal... Qui saurait me dire pourquoi ? » Demanda Mablung Telemnar, mon professeur d'Histoire. C'était un vieil elfe sage mais drôle. Il avait les cheveux blancs mais il nous racontait que ce n'était pas dû à la vieillesse mais à une expérience chimique qu'il avait tentée. Enfin bref, je ne savais pas trop quoi répondre à sa question. Par principe, tous les elfes savaient que Lilith était une usurpatrice mais personne ne savait réellement expliquer pourquoi... Alors ce n'était pas étonnant que personne ne lui réponde. Je regardai Katia. Elle somnolait. Je me retins de rire et me concentrai sur le professeur Telemnar. Voyant le silence, le professeur Telemnar répondit lui-même à sa question.
« Il y a des millénaires de cela, son impératrice Lilith vivait dans un petit village. Elle avait une sœur jumelle, Eve. Elevées par tout un village, elles étaient considérées comme les élues. Lilith était rousse, elle avait donc la maîtrise totale du feu. Contrairement à nous, elle pouvait se transformer en flammes, empêcher qu'un feu s'éteigne, allumer un feu sur l'eau. Elle avait également le don de télékinésie. Son don était si puissant qu'elle pouvait déplacer des objets très éloignés. Eve était blonde, elle avait la maîtrise de l'eau. Comme sa sœur, elle était l'essence même de l'eau. Elle avait la maîtrise de l'esprit. Elle pouvait obliger les esprits à se soumettre à sa volonté ou leur montrer des visions de son choix. Comme disent les humains, elles étaient le Yin et le Yang. Elles étaient destinées à régner sur le monde d'Arkansar, le monde de nos ancêtres et de toutes les créatures magiques. Mais Lilith se jugea plus puissante qu'Eve. Elle décida de prendre le pouvoir en fermant sa sœur sous terre. Elle institua son règne autoritaire. Tous ceux qui se mettaient en travers de son chemin étaient évincés. C'était si terrifiant que personne n'osait se révolter. Mais ce qu'elle ne savait pas, c'est qu'Eve développait son pouvoir. Sa motivation : prouver à sa sœur que son pouvoir psychique était aussi puissant que son pouvoir de télékinésie. Eve se concentrait pour amener un garde dans sa caverne. Ce qu'elle réussit. Il lui ouvrit la porte de sa prison... Et Eve laissa toute sa colère se déverser. Eve et Lilith se livrèrent un combat sans merci. Leur duel fut acharné, sanglant. L'eau contre le feu. Elles provoquèrent un gigantesque cataclysme qui détruisit Arkansar. Pendant des décennies, nos ancêtres ont vécu dans une sorte de dimension.
- Et que sont devenues Eve et Lilith ? demanda un elfe.
- Elles sont devenues des formes... Elles n'étaient pas mortes mais elles n'étaient pas totalement vivantes. Elles étaient comme endormies, attendant qu'on les réveille. Il y a cinquantaines d'années, Lilith a trouvé le moyen de revenir. Elle nous a tous ramenés ici... Son... Altesse Llilith, dit le professeur Telemnar avec cynisme, pense que nous avoir ramené à la vie lui donne le droit de nous gouverner, comme au temps de nos ancêtres. Mais, les plus sages d'entre nous, pense qu'un jour, Eve reviendra elle aussi. Eve seule à le pouvoir de nous débarrasser de Lilith. »

Ce n'était peut-être qu'une impression, mais en tout cas, le professeur Telemnar semblait me fixer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Date d'inscription: : 27/12/2011



MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Sam 10 Mar - 2:45

Partie 7 : Her eyes...

En sortant du cours, je restais très intriguée. D'abord, cette impression que l'on me fixait puis le professeur Telemnar qui me fixait... C'était étrange. Katia remarqua mon calme. D'habitude, je rigolais facilement mais là j'étais restée très calme. Elle me donna un coup de coude avant de me dire « Hey, tu penses à quoi ? » Je mis un certain temps avant de lui répondre. J'essayais de mettre des mots sur ce que j'éprouvais. C'était difficile à expliquer. En plus, je ne voulais pas passer pour une espèce de parano qui se sentait espionnée, menacée. Allez expliquer que vous vous sentez observer par une présence invisible mais extrêmement puissante et que vous avez en plus l'impression que votre prof vous observe. Et façon intrigante. Non, il valait mieux que je ne dise rien avant d'être sûre. Je lui finis par lui répondre : « Non, je suis un peu fatiguée. C'est rien, t'inquiète pas. » Katia avait dût sentir que je n'avais pas très envie d'en parler. Elle n'était pas ma meilleure amie pour rien, elle se doutait que pour l'instant, je ne dirais rien. Le reste de ma journée se passa sans réel changement. Je sentais toujours cette présence derrière moi, comme si elle me surveillait, me jaugeait. Donc pendant mon cours de maîtrise des pouvoirs, j'avais cette espèce d'aura qui semblait juger mes piètres performances. N'ayant pas toute la concentration nécessaire pour réussir les différents exercices, je n'arrivais pas à former la boule d'énergie demandée. Moi qui pensais avancer dans ma maîtrise de l'électricité, c'était plutôt raté ! Lorsque le cours prit fin, je sortis assez rapidement. Je me doutais que ma prof, Larien Tinehtelë, allait me faire quelques reproches sur mon manque de concentration. J'en étais déjà consciente alors pas besoin de me faire une leçon de morale.
Le soir, les rues étaient nettement moins bondées. Je pouvais enfin circuler tranquillement. Plus besoin de courir, slalomer entre les passants trop lents. Je m'arrêtais dans un fast-food. Je commandais un menu familial. C'était pour éviter la corvée de cuisine. Contrairement à mes ancêtres, nous n'étions pas des végétariens. Il y avait beaucoup de choses qui avaient changé depuis notre renaissance. Après avoir pris les sacs, je les envoyai, grâce à l'air, à la maison. Je n'avais pas envie de me trimballer tous ces sacs. J'avais décidé de tourner sur la droite. Ok, Maman m'avait toujours dit de ne pas prendre les ruelles sombres quand il se faisait tard mais j'avais envie de rentrer plus vite alors, autant prendre des raccourcis. Et puis, j'étais de nature téméraire. J'avançais lorsque je vis la garde impériale de Lilith. J'allais m'enfuir c'est alors que le cri déchirant d'une fillette résonna. Mon sang se glaça dans mes veines. Deux d'entre eux tenaient la petite qui pleurait. Ils s'avançaient vers moi. J'étais comme paralysée, je ne savais pas quoi faire. Je mourrais d'envie de l'aider mais j'étais glacée d'effroi face à eux... Lorsqu'ils furent devant moi, l'un d'entre eux me toisa du regard avant de me lâcher :
« Ecarte-toi, elfe ! »
Je le regardais sans rien dire. Je détournai le regard vers la fillette. Elle me regardait, les yeux noyés dans ses larmes. L'un des gardes sortit alors son épée. Je tirai ma propre épée de son fourreau. Ils comprirent tous alors que j'étais prête à me battre. J'allais défendre cette fillette. Le garde qui avait brandi son épée courait déjà vers moi. Il pensait sûrement que cela serait vite fini. Avec un sourire en coin, je le laissai venir et au dernier moment, je bloquai son attaque avant de le repousser d'un mouvement d'épée. Je me rendis compte que je n'aurais même pas besoin de mon épée. Je la rangeais. J'allais pouvoir m'entraîner sur ces gardes. En me voyant ranger mon épée, ils durent penser que j'allais me rendre. Ils coururent tous vers moi, laissant la fillette qui allait se cacher dans un coin derrière une benne à ordures. Les gardes essayaient de m'embrocher mais ils furent déçus car j'esquivais chacune de leurs attaques. Sautant dans les airs, assénant des coups de poings ou des coups de pieds violents, ils finirent par s'enfuir, sanguinolents. Je n'avais pas envie de jouer à l'elfe se battant avec grâce. J'étais hors de moi. Lorsque je fus certaine qu'ils ne reviendraient plus, je courus voir la petite fille cachée derrière la benne à ordures. Elle n'avait pas l'air blessée mais seulement terrorisée. Elle sanglotait, le visage caché par ses petites mains. Tout doucement, je m'approchais d'elle. C'était une petite humaine. Elle n'avait ni les oreilles pointues des elfes, ni les ailes des fées. En plus, elle n'avait pas de queue ou autre truc dans le genre. J'avais peur de l'effrayer. Il faut dire que les gardes de l'armée impériale n'étaient jamais tendres. Et apparemment, pas même une enfant. Je posai ma main sur la tête blonde de la petite. Elle cessa de sangloter et leva tout doucement la tête vers moi. Ces yeux étaient d'un bleu... Magnifique. J'en eus le souffle coupé. Soudain, je me sentis basculer dans le vide....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« Stella E. Cavanaught »

Love is louder, than the pressure to be perfect

• Date d'inscription: : 22/10/2011


More about you
Relationship:
Citation::


MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Dim 11 Mar - 2:19

Je n'ai pas encore tout lu, mais déjà je peux te dire quelque chose que j'ai relevé rien qu'avec les Rp : t'as quelque chose qui fait que tu touches les gens avec ton écriture. T'arrives facilement à mettre en avant les sentiments de tes personnages, à tout de suite créer toute une ambiance qu'on a pas de mal à sentir. Ce qui fait que tu nous plonges complètement dans ce que t'écris. Que ce soit rire, larmes, colère, etc. T'as un sens du détail en fait !

Je lis une phrase, j'arrive à m'imaginer la scène & les mimiques de tes personnages xD

Alors, oui oui oui, continues dans l'écriture, ça pourra payer un jour qui sait !
Bon, c'est mon avis, je ne suis malheureusement pas une pro, mais voilà comment je ressens les choses !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Date d'inscription: : 27/12/2011



MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Dim 11 Mar - 7:40

Merci beaucoup ma Stellou

Ca me touche. On m'a souvent dit ça, que je transmets des émotions. Je vais continuer dans l'écriture et puis qui sait, je ferais peut être une histoire autour de When. J'imagine déjà la rencontre Keri et Stellou MDRRRR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« Erika Waldorf »

Queen E ♥

• Age du perso: : 30
• Date d'inscription: : 22/05/2009


More about you
Relationship:
Citation::


MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Dim 11 Mar - 13:06

keri chérie! j'adore j'ai lu la prez rapide ainsi que la partie une je sens que ca va me plaire!!! et je lirai la suite plus tard mais je sens que ca va me plaire!
aussi j'ai juste vu ca! hein ne m'en veux pas mais dans la deuxième ligne de ton premier post prez rapide tu as marqué son frères blabla tu as fait des fautes! enfin je dis ca je dis rien bien sur car je suis pas une pro de l'orthographe!

Par contre! j'adore ton style d'écriture, et surtout avec tout tes personnages de toute facon j'adore quand tu écris!! continu je suis ta fan number one!!!

_________________
La vie la mode ma famille le compte y est!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://when-people-talk.forumactif.com

• Date d'inscription: : 09/09/2011


More about you
Relationship:
Citation:: Cueille ta vie et vis la au jour le jour.


MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Lun 12 Mar - 7:32

*En mode Keri :P*

Meeeeerci Erika !! Ca me fait trop plaisir. Bon pour la présentation, il y a des fautes parce que je l'avais écrite très rapidement, je vais changer tout ça promis.
En tout cas, merci beaucoup pour vos commentaires. Ca me touche plus que vous ne pensez et ça me donne envie de continuer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« Erika Waldorf »

Queen E ♥

• Age du perso: : 30
• Date d'inscription: : 22/05/2009


More about you
Relationship:
Citation::


MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Lun 12 Mar - 8:33

ahah ben c'est le but je copie la suite et je la lie after mdr

_________________
La vie la mode ma famille le compte y est!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://when-people-talk.forumactif.com

• Date d'inscription: : 09/09/2011


More about you
Relationship:
Citation:: Cueille ta vie et vis la au jour le jour.


MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Lun 12 Mar - 11:07

Mais il n'y a aucun soucis. Muhahaha, comme ça si tu n'as plus de séries à regarder, tu sais quoi faire xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« Erika Waldorf »

Queen E ♥

• Age du perso: : 30
• Date d'inscription: : 22/05/2009


More about you
Relationship:
Citation::


MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Mar 13 Mar - 1:43

exactement!! et merci pour avoir parler avec moi ca m'a remonter le moral! bon je détruis pas ta partie c'est génial

_________________
La vie la mode ma famille le compte y est!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://when-people-talk.forumactif.com

• Date d'inscription: : 09/09/2011


More about you
Relationship:
Citation:: Cueille ta vie et vis la au jour le jour.


MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous... Mar 13 Mar - 5:34

Détruis là si ça peut t'aider à aller mieux, je t'en voudrais pas :P
Et puis, c'est normal, je peux pas te laisser dans cet état ma chérie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Contenu sponsorisé »






MessageSujet: Re: Et si je me livrais un peu plus à vous...

Revenir en haut Aller en bas

Et si je me livrais un peu plus à vous...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
When People Talk :: FlOoOoOoOod :: Le flooood & les jeux :: Fictions-